2013 : la foire au polar fête ses 10 ans !!!

Trois auteurs ont accepté notre invitation pour fêter les dix ans de la foire au polar le dimanche 2 juin à Castelnau Durban :

Patricia ParryPatricia PARRY

 Née à Toulouse, médecin psychiatre. Déclare être passionnée de polars et d’histoire, avoir découvert Alexandre Dumas à 8 ans. « Le Comte de Monte-Cristo » est un polar selon elle.

Premier roman en 2005, un thriller historique qui lie l’explosion de l’usine AZF à l’histoire des cathares : « L’ombre de Montfort » (Ed. Empreinte, 2005)

Puis apparaît le premier roman mettant en scène Antoine Le Tellier, jeune médecin psychiatre (tiens donc !) : « Petits arrangements avec l’infâme » (Seuil, 2007).

Comme dans le précédent titre, le récit balance entre 2 époques, reliant des crimes d’aujourd’hui à ceux du 18e siècle, la fameuse affaire Calas, où intervint Voltaire.

L’on retrouve avec plaisir Antoine Le Tellier dans « Cinq leçons sur le crime et l’hystérie » (Seuil, 2008)

En 2008, à Toulouse, l’un des participants à un colloque de psychiatrie est retrouvé 5 leconsassassiné. La mise en scène macabre réveille les souvenirs d’Antoine Le Tellier. Les crimes qui avaient marqué le premier séjour parisien de Freud, en 1885, recommencent un siècle plus tard.

[Grand Prix du Roman Policier du Festival de Liège]

« Sur un lit de fleurs blanches » a obtenu en 2012 le Prix du Roman d’Aventures (Ed. du Masque).

Pas d’allers-retours entre les siècles cette fois. On reste au 19e siècle, avec un roman de suspense historique dans le droit fil du roman – feuilleton de l’époque –

Clara Saint James, prostituée de luxe, et Victor Dupuy, un jeune médecin, vont mener une enquête à rebondissements dans un Paris où la richesse côtoie la misère.

On a retrouvé dans les tombes fraîchement creusées des cimetières parisiens, les dépouilles exsangues de jeunes garçons, délicatement allongés sur des fleurs blanches.

Où les gamins des rues croisent les médecins apprentis-sorciers, les feuilletonnistes en mal de copie.

« Plaisir , c’est le premier mot qui vient à l’esprit à la lecture de ce roman. Patricia Parry s’est visiblement beaucoup amusée à retrouver le ton des feuilletons de l’époque… coups de théâtre, révélations extraordinaires, récits « à suivre demain », tout est là pour nous faire revivre les frissons du temps de Dumas et Eugène Sue.

Un goût d’enfance retrouvé assorti de ce qu’il faut de noir » (Jean-Marc Laherrère « Actu-du-noir »).

Le blog de Patricia Parry est à l’image de l’auteur elle-même = très sympathique !. Vous apprécierez sûrement le grand sens de l’humour de Patricia Parry, lorsqu’elle est notamment sommée d’avouer la paternité (la maternité en l’occurrence) de plusieurs livres anonymes qu’elle n’a jamais écrits, bien sûr !

Plus sérieusement, l’on apprend beaucoup sur elle dans le chapitre du blog intitulé « Mes auteurs, mes lectures » : encore beaucoup d’humour à propos d’Agatha Christie = les fans apprécieront !

Philippe GEORGET

georget Né en 1963 en région parisienne, Philippe Georget fait des études d’histoire puis participe à une mission humanitaire au Nicaragua. Après de nombreux voyages et un tour de Méditerranée avec sa femme et leurs enfants, il opte ensuite pour le journalisme télévisé.

Pour son premier roman « L’été tous les chats s’ennuient » il a reçu le prix du étéPremier roman policier et le prix SNCF du Polar 2011 (Jigal, 2009 puis Pocket, 2012)

On y découvre l’inspecteur (euh pardon, le lieutenant) Gilles Sebag et son équipier Jacques Molina. Au commissariat de Perpignan, il y a toujours beaucoup de travail en juillet, lorsque les touristes affluent.

Un ancien ouvrier à la retraite, Robert, qui vient toujours camper à Argelès-sur-Mer, découvre lors d’un jogging matinal, le corps d’une jeune femme assassinée. Au même moment, une autre jeune femme, également néerlandaise, est portée disparue.

Puis Sylvie Lopez vient au commissariat signaler la disparition de son mari, José, chauffeur de taxi. Il s’avère au cours de l’enquête que José a été vu en compagnie d’une jeune hollandaise deux jours avant de disparaître…

Au plaisir de(re)découvrir les Pyrénées Orientales s’ajoute la rencontre agréable avec des personnages fouillés, dont la vie personnelle a parfois priorité sur la vie professionnelle….des humains, quoi !

L’on retrouve la même équipe dans « Les violents de l’automne » (Jigal, 2012) violents

Nos deux policiers perpignanais vont cette fois affronter les traces laissées par la guerre d’Algérie dans ce département des Pyrénées Orientales qui a accueilli tant de « pieds-noirs » en 1962.

– Un cadavre est découvert assassiné chez lui d’une balle dans la tête. Une inscription peinte sur la porte du salon semble mener à une piste, peut-être trop facile : les 3 lettres « OAS » vont inciter les deux policiers à s’intéresser de près aux associations de « pieds-noirs » locales.

– Le retour de vacances est dur pour Gilles Sebag puisque Mathieu, un copain de sa fille Séverine, est mort renversé sur son scooter par un automobiliste qui a pris la fuite.

Comme dans son premier livre, Philippe Georget fait la part belle aux réflexions et sentiments personnels des enquêteurs ; les dialogues sont vifs et le style doit beaucoup sans doute aux compétences journalistiques de l’auteur.

Dans « Le paradoxe du cerf-volant » (Jigal, 2011) cerf

Philippe Georget avait abordé le monde de la boxe.

Pierre, 27 ans, est un boxeur en perdition. Effrayé par la perspective de la retraite sportive, il propose ses services de cogneur à Lazlo, un croate réfugié à Paris. Ce dernier est retrouvé mort peu après. La police soupçonne le boxeur sur le déclin, bientôt poursuivi par des tueurs serbes et d’anciens légionnaires.

Boxe et polar font (encore) bon ménage dans ce roman riche de son personnage principal, Pierre, toujours « à la limite » et de ses personnages secondaires, jamais caricaturaux.

Philippe Georget a décidément du punch !

Sylvie DESHORS deshors

 Née en 1957, Sylvie Deshors vit à Lyon. Avant de se consacrer à l’écriture pour la jeunesse, elle a exercé plusieurs métiers, dont celui de bibliothécaire. Elle aime animer des rencontres et des ateliers autour de ses livres avec les jeunes et les enfants.

Ainsi « Maudite rentrée » publié en 2012 par les éd. Thierry Magnier fait-il partie de la rentréecollection « Le feuilleton des Incos ». Cette collection propose aux jeunes lecteurs (du CP à la Seconde), dans le cadre du Prix National de Lecture des Incorruptibles, de « pénétrer dans les coulisses de la création d’une histoire. Pendant plus de 6 semaines, des groupes de lecteurs ont entretenu une correspondance personnalisée avec Sylvie Deshors. Le résultat ? une histoire commentée et questionnée par 250 lecteurs, aussi curieux qu’impitoyables… »

Une classe de 6e d’un collège de notre département y a participé.

« Maudite rentrée », c’est l’histoire d’Alizée qui va rentrer en 6e. Mais ses parents n’ont rien trouvé de mieux que de déménager en milieu rural, dans une vieille ferme à peine restaurée. Pour Alizée, c’est « au milieu de nulle part », cette campagne ! Son angoisse va grandir à la vue d’un fourgon étrange qui stationne certaines nuits sur la petite route menant à sa maison…

« Maudite rentrée » est le livre choisi par les organisateurs de la Foire au polar à destination d’une classe du Séronais qui recevra l’auteur le lundi 3 juin 2013.

Sylvie Deshors a publié plus de 12 romans, chez 3 éditeurs principalement

Le Rouergue et son excellente collection DoAdo noir = Les « Anges de Berlin » a obtenu en 2007 le prix du polar jeunesse à Cognac ; le dernier texte paru : « Douce nuit, Minus ! » (2012)

Thierry Magnier, avec des textes pour les 8-10 ans : « Maudite rentrée », « Des couleurs dans la nuit », « La soupe aux amandes »….

Rue du monde un éditeur de grande qualité également, dans sa collection « Romans du monde » : – Poisson d’argent, 2004 – Prix Chronos

– Sensha, fille de Mongolie, 2012

«  Dans mes romans, je retrace le monde contemporain avec sa dureté, ses combats, tout en faisant la part belle à l’histoire individuelle ». (L’auteur à « Quais du polar »). Des écrits qui mêlent réalisme et tendresse.

Publicités

A propos foireaupolar

Association de fondus du polar et d'irréductibles lecteurs
Cet article a été publié dans Animations, Foire 2013, Rencontres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s